La construction du management émotionnel : thèse de doctorat en sciences de l’éducation par Cédric Laheyne

Le 20 novembre 2020, à l’université Paris 8, Cédric Laheyne, formateur à l’ETSUP sur la filière Educateur de jeunes enfants, a soutenu une thèse de doctorat en sciences de l’éducation intitulée :

« La construction du management émotionnel : dispositions, dispositifs, appropriations. Le cas d’une classe préparatoire littéraire B/L », réalisée sous la direction de Stéphane Bonnéry (PU, CIRCEFT-ESCOL Univ. Paris 8) et Bertrand Geay (PU, CURAPP-ESS Université de Picardie Jules Verne).

Composition du jury : Muriel Darmon (Prés.), Gaële Henri-Panabière, Yves Verneuil (rapp.) et Luc Ria (rapp.).

La thèse traite de la question des émotions éprouvées par l’élève lors de l’entrée en classe préparatoire et au cours de son cursus, particulièrement au sein de la filière littéraire B/L. La recherche analyse les processus émotionnels dans une perspective de sociologie des émotions importée dans les sciences de l’éducation en l’outillant d’apports de la psychologie et de l’étude des processus d’enseignement-apprentissage. La perspective heuristique est de mieux comprendre la construction du management émotionnel, en référence au concept forgé par la sociologue Peggy Thoits (1990). La perspective ethnographique s’est traduite par le choix d’un établissement privé d’enseignement supérieur, particulièrement emblématique d’une socialisation traditionnelle des classes dominantes.L’investigation empirique repose sur des observations de classe, d’épreuves académiques et au sein de groupes de pairs, puis sur deux vagues d’entretiens avec les élèves et les enseignants de la filière concernée. L’entrée en hypokhâgne constitue un moment faisant rupture avec le quotidien scolaire des élèves, dont l’enjeu majeur est la capacité à agir sur ses émotions, opération nécessaire à l’acculturation au dispositif. Ce moment de l’autonomisation de l’élève s’opère sous l’action des deux registres, cognitif et comportemental, du management émotionnel, dont l’articulation est au service du processus intellectuel. La thèse montre que les pratiques de management émotionnel des élèves varient en fonction des dispositions acquises au cours de la trajectoire scolaire et par la spécificité de pratiques parentales, soulignant que les émotions s’inscrivent dans des rapports sociaux de genre et de classe, compte tenu de la distance sociale, physique et symbolique entre le milieu d’origine et le milieu scolaire.

La thèse de Cédric Laheyne sera présentée au prix doctoral 2020 Louis Gruel de l’Observatoire de la vie étudiante (OVE).

 


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Sana K dit :

    Félicitations à Cédric Laheyne pour ce moment ô combien important dans la vie d’un chercheur. Ravie d’avoir pu assister à l’un de ses cours. Je me souviens avoir été marqué par la qualité de sa réflexion et de son intervention.

  1. 11/12/2020

    […] En savoir plus sur l’objet de recherche doctorale de Cédric Laheyne sur le Carnet de recherch… […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search