Journal d’une philosophe de l’action sociale invitée aux Forums d’Echirolles et de Grenoble

par Mélanie Carrère, formatrice à l’ETSUP, le 31 août 2022

Je dois à Hélène Joseph, chargée de projets sociaux transversaux au CCAS d’Echirolles – commune de l’agglomération grenobloise (Isère) – d’avoir été invitée à participer au forum intitulé : « Nos conditions de vie, notre environnement. Comprendre et agir ensemble ». En effet, toutes deux, nous travaillons sur une thématique émergente : le croisement des questions sociale et environnementale. Hélène Joseph, avec son ancrage territorial, a pu effectuer sur cette thématique une analyse des besoins sociaux : l’ABS, qui est un exercice obligatoire à chaque mandat municipal. Pour ma part, travaillant dans la formation et la recherche en travail social, j’ai contribué à mettre en réflexion certains de ces éléments concrets. La commune d’Echirolles et son élue Sylvette Rochas, adjointe aux solidarités et au dialogue social, ont choisi de communiquer sur cet ABS en organisant le 28 juin 2022 ce forum qui proposait aux habitants un temps d’ateliers et à moi la possibilité d’y intervenir en tant que philosophe de l’action sociale et de l’environnement. Je retrace ici les principaux éléments de cette intervention.

Pour commencer, il m’a paru utile d’insister sur le fait que l’ABS d’Echirolles fournit des données empiriques permettant de déconstruire l’idée reçue selon laquelle ce ne sont que les « bobos » qui se préoccupent des questions écologiques. De mon côté, j’avais déjà mis le doigt sur certaines recherches, notamment celles de Flaminia Paddeu, géographe, qui a travaillé sur l’agriculture urbaine et montré que si certaines personnes manifestent du désintérêt, ou pire, opposent des résistances face à des initiatives publiques, notamment écologiques, c’est parce que ces dernières sont trop verticales et ne prennent ainsi suffisamment en compte ni les spécificités de territoires ni la parole des habitants.

En revanche, ce qui permet aux pouvoirs publics de dépasser ces oppositions et au contraire d’associer les questions environnementales aux préoccupations quotidiennes de tous les habitants, y compris des plus précaires, c’est de choisir l’angle de la qualité de vie, thème central de l’ABS. Aujourd’hui, les effets sur la santé d’une mauvaise qualité de l’air ou de l’eau, ou encore d’une mauvaise isolation de l’habitation, sont bien identifiés par les personnes concernées. Toutes et tous ont envie de vivre dans une ville plus calme et agréable, plus verte, où l’on accorderait plus d’espace à la végétation. Chaque citoyen a besoin de sentir que l’Administration qui s’occupe d’eux est préparée aux événements extrêmes comme les canicules, tant en termes d’infrastructures que de services publics. De plus, avec cette question de la qualité de vie, apparaît aussi celle du lien social. En effet, il ne s’agit pas seulement d’être bien dans l’intimité de son foyer, mais également dans sa ville, avec ses voisins et ses élus. Les personnes qui ont été interviewées dans le cadre de l’ABS, habitants et bénévoles au sein d’associations, ont une conscience aiguë que ce bien-être passe par des équipements publics et des services de proximité, un aménagement de la ville qui favorise l’éclosion d’une vie collective, hors de chez soi, sereine et attractive.

Il existe un autre angle fondamental par lequel associer les problématiques sociales et environnementales, c’est celui de la question économique, en clair, du pouvoir d’achat (pour faire le lien avec l’actualité politique). Par exemple, une mauvaise isolation thermique des bâtiments impacte très fortement les budgets, tout comme leur mise aux normes. Par ailleurs, la question des mobilités, à concevoir en adéquation avec les objectifs écologiques, ne doit pas trop peser sur les budgets.

Certes, les habitants d’Echirolles ont visiblement du mal à changer leur mode de vie (ce que révèle en partie l’ABS). Mais c’est le cas de tout le monde ! On voit bien à quel point il est difficile d’être vraiment vertueux, de moins et mieux consommer. De là découle l’inertie de chacun et de tous. La question centrale est donc de comprendre quels sont les leviers pour changer d’habitudes, au niveau individuel – chacun dans nos vies – et au niveau collectif – dans les mesures que prennent nos élus, ceux que nous choisissons pour nous représenter.

Après ces considérations, j’ai tenu à re-situer l’enjeu global écologique. En effet, même si l’ABS et les échanges lors de ces ateliers témoignent de la conscience non négligeable des Echirollois face aux enjeux environnementaux, cela ne dispense pas de toujours garder à l’esprit ce que disent les scientifiques à ce sujet, et d’y accorder plein crédit. En effet, il existe un consensus absolu, si l’on prend soin d’exclure, bien évidemment, les assertions fantaisistes et dénuées de toute valeur scientifique propagées à grands frais par la sphère climato-sceptique. Ces actions répétées de désinformation, le journaliste Nathaniel Rich les a clairement documentées dans son ouvrage Perdre la terre .

Ce consensus, c’est celui de la communauté scientifique qui désigne unanimement l’agir humain comme responsable des changements atmosphériques et telluriques sans précédents et irréversibles que l’on connaît à travers des phénomènes récurrents de plus en plus extrêmes. Il faut entendre au sens propre les mots de l’astrophysicien et philosophe Aurélien Barrau – d’ailleurs enseignant-chercheur à l’université de Grenoble – qui parle du « plus grand défi de l’histoire de l’humanité ». Les scientifiques ont répertorié neuf limites planétaires à ne pas franchir avant que l’humanité ne soit confrontée à un changement d’état irréversible de l’écosystème. Les voici :

  • Le changement climatique
  • L’érosion de la biodiversité
  • Les perturbations globales du cycle de l’azote et du phosphore
  • Les changements d’utilisation des sols

(Toutes quatre franchies en 2015)

  • L’introduction de nouvelles substances
  • L’utilisation de l’eau douce

(Toutes deux franchies en 2022)

  • La dégradation de la couche d’ozone
  • L’acidification des océans
  • L’augmentation des aérosols dans l’atmosphère

(Pas encore franchies)

Si nous franchissons toutes ces limites, la vie sur cette planète, telle que nous la connaissons, ne sera plus possible. Il faut même, compte tenu des limites déjà franchies, déployer dès maintenant tous nos efforts pour ne pas franchir les paliers supérieurs. Par exemple, une augmentation de 2° C sur la planète vaut mieux qu’une augmentation de 2,1°C, qui vaut mieux qu’une augmentation de 2,2°C etc. Considérer les cris d’alarme des scientifiques comme « alarmistes » relève de l’irrationalité et de la pensée magique. Comme le répète Aurélien Barrau, il faut donc que nous soyons pleinement conscients que notre enjeu premier doit être, pour chacun et pour nous tous, l’enjeu écologique. Mais il dit aussi que la seule façon d’y parvenir passe par la prise en compte de la question sociale. Puisqu’il s’agit de réduire nos activités polluantes, de réduire également la consommation des ressources, la question du partage de ces dernières se pose inéluctablement : mais comment partager ? Le changement nécessaire de nos modes de vie ne peut s’envisager que dans un total respect de justice sociale. On l’a bien vu avec les Gilets jaunes : si ce n’est pas le cas, il ne faut pas compter sur une adhésion aux mesures mais plus probablement sur du désordre social, voire pire. C’est d’ailleurs précisément ce qui avait donné naissance à la Convention citoyenne pour le climat.

Il faut donc absolument traiter la question des inégalités sociales et environnementales.

Cela passe par le prisme économique et engage à rechercher les solutions à un « meilleur coût », pour reprendre les intitulés de l’ensemble des actions proposées par Echirolles, au titre de la lutte contre les inégalités.

Il convient également de traiter la question des inégalités de territoires, que soulève notamment l’ABS. L’action publique doit être conduite en respectant certains principes ayant vocation à répartir les infrastructures et les services de proximité (santé, mobilité etc.) en fonction des besoins de chaque territoire. Il existe bien des zones d’éducation prioritaire, qui sont censées bénéficier de davantage de moyens : il est nécessaire de penser également une répartition des moyens face à l’ensemble des problèmes en lien avec les questions sociales et environnementales, ainsi que de nouveaux mécanismes permettant de concrétiser ces mesures. Il en va de la capacité de résilience de notre société.

Enfin, la question de l’éducation populaire et de la participation est fondamentale.

Pour être en capacité d’agir il nous faut œuvrer avec la plus grande détermination à ce que tout le monde puisse accéder à un niveau de connaissance élevé sur les enjeux complexes de notre société et recourir résolument à la participation citoyenne. Il faut la développer pour permettre une authentique adhésion aux mesures décidées par les pouvoirs publics. On l’a bien vu avec la crise du Covid ; la question de la connaissance est un enjeu majeur au niveau collectif. Celle de la participation, quant à elle, se pose à différents niveaux. Les pouvoirs publics – en recourant à la participation – se donnent les moyens d’élaborer leurs mesures en adéquation avec les réalités de terrain. Cette démarche permet à la population de peser dans les processus de prise de décision et de bien en saisir tous les enjeux, contraintes et difficultés. C’est d’ailleurs dans ce processus que la population concernée sera disposée, non plus seulement à critiquer et bloquer, mais aussi à agir, car c’est bien là l’enjeu ! Ce faisant, à travers ces processus participatifs, on est immanquablement amené à accroître ses connaissances. C’est ce que j’ai pu voir à la Convention Citoyenne pour le Climat, alors que je faisais partie du collectif des chercheurs et praticiens qui observaient ce processus démocratique ; je l’ai encore vu lors de ce forum. C’est de cette façon qu’on devient pleinement citoyens et acteurs de nos vies.

Quelques jours après, avait lieu à Grenoble le Forum international du bien vivre, lors duquel se tenait la table ronde « Tenir le cap d’une transition qui ne laisse personne au bord de la route. Inégalités, justice sociale et enjeux environnementaux », à laquelle j’étais invitée grâce à Joséphine Crouzet, en charge de l’observation sociale au CCAS de Grenoble. Il nous était demandé de partir de nos expériences. Or, à tous les postes où je me suis trouvée en tant qu’assistante de service social, j’ai largement pu constater à quel point il est difficile de travailler sur le pouvoir d’agir des personnes en difficulté sociale. En tant que professionnels, nous étions sans cesse pris dans des injonctions paradoxales, et nous les répercutions sur les personnes que nous accompagnions. Je travaillais en centre d’hébergement, et depuis la loi de 2002-2, on nous demande de « mettre les personnes au cœur des dispositifs ». Pourtant, c’était toujours le timing de l’institution qui primait. Lorsque nous accompagnions les personnes vers l’emploi, nous les orientions seulement vers des formations courtes (par exemple celles d’aide à la personne, ou au mieux d’aide-soignante). A chaque fois qu’elles manifestaient la volonté d’entreprendre une formation plus longue (par exemple d’infirmière), nous leur expliquions que cela rallongerait trop leur temps de séjour. J’en venais bien sûr à me demander si ce n’était pas contraire au principe de la loi. Au-delà, n’était-ce pas faire obstacle à leur émancipation sociale ?

Ce contexte de travail a fini par me peser, et je me suis tournée vers la philosophie, dans un parcours qui m’a menée vers l’éthique appliquée et la responsabilité sociale et environnementale, puis dans le champ de la démocratie participative, en faisant partie du collectif des chercheurs-observateurs de la Convention citoyenne pour le climat. Je suis revenue dans le secteur social, cette fois-ci dans le champ de la formation, puisque je suis actuellement responsable de projet à l’ETSUP de Paris.

Or, ce que je suis en mesure de constater maintenant, c’est que, dans le travail social, nous ne mettons pas exactement la même chose derrière la notion de participation. Au mieux, nous travaillons sur sa dimension « micro » (participation au projet personnalisé), ou « méso » (participation aux instances collectives de l’institution). Mais à ce jour, rien dans nos pratiques ne concerne vraiment la démocratie participative dans sa dimension « macro ». Démocratie participative qui est intrinsèquement liée au droit de l’environnement, depuis l’insertion dans le bloc de constitutionnalité de la Charte environnementale où figure le droit à la participation. Je constate aussi à quel point, dans toutes les structures sociales, nous sommes encore loin de nous préoccuper de la question environnementale. Ainsi, même dans les écoles de travail social, c’est encore trop timide, bien que je me réjouisse que les référentiels de formation commencent à inclure ces questions environnementales ! De plus, c’est dans le champ de la recherche et de la formation qu’il faut passer à la vitesse supérieure dans ce domaine, pour qu’on en trouve des répercussions dans les pratiques de terrain. Mais, aujourd’hui, dans le social, on peine à voir la connexion entre les problèmes sociaux et les problèmes environnementaux. Souvent même, pris dans l’urgence de nos accompagnements, nous contribuons à asseoir l’idée préconçue qui oppose les « bobos écolos » et les plus précaires, qui auraient d’autres soucis que de se préoccuper de la planète. Pourtant, divers travaux (notamment ceux de Léna Dominelli qui conceptualise le travail social vert, en train d’émerger dans le champ de la recherche), ou issus de constats de terrain, comme avec l’ABS d’Echirolles, tendent à montrer qu’il existe bien une voie par laquelle il est possible de dépasser ce préjugé. Cette voie, c’est celle qui part vraiment des préoccupations quotidiennes des habitants aux situations les plus précaires, eux qui sont aussi souvent les plus exposés aux risques climatiques. Je ne crains pas d’affirmer que, lorsque des projets sont initiés par en haut, qu’ils soient anti-écologiques (artificialisation des sols pour la construction d’un parc de loisir) ou même écologiques sur le papier (écoquartier), c’est le recueil de la parole des habitants qui est LA question cruciale. Il est donc indispensable de créer un terreau propice à la participation citoyenne, y compris celle des plus précaires, qui permette, quand les pouvoirs publics les sollicitent, de mobiliser les habitants. Aujourd’hui, ces derniers ne se sentent pas suffisamment concernés, et c’est notamment à nous, travailleurs sociaux et autres corps intermédiaires, de travailler sur cette dimension citoyenne, en lien avec la question de l’émancipation.

 

Références bibliographiques

Barrau, A. (2020). Le plus grand défi de l’histoire de l’humanité. Paris, Michel Lafon.

Dominelli, L. (2018). Le travail social vert : une approche épistémologique, éthique et méthodologique face aux défis des catastrophes dites « naturelles » du XXIe siècle. S. Rullac, J.-P. Tabin, et A. Frauenfelder (dir.), La fabrique du doctorat en travail social, Rennes, Presses de l’EHESP, 35-43.

Dominelli, L. (2012). Green social work: from environmental crises to environmental justice. Cambridge : Polity Press.

Paddeu, F. (2021). Sous les pavés, la terre : Agricultures urbaines et résistances dans les métropoles. Paris, Seuil.

Rich, N. (2019). Perdre la terre. Paris, Seuil.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Thomas LOISEL (6 septembre 2022). Journal d’une philosophe de l’action sociale invitée aux Forums d’Echirolles et de Grenoble. Formation et recherche en travail social. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/oka2


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search